SocialMedia

Externaliser ou pas externaliser un Community Manager ? That’s the Question

cm

C’est La Question que se posent certains responsables d’agences digitales lors de leurs réunions de fin de semaine pour trouver La Solution idéale pour la gestion de l’e-réputation de leurs boites ou de leurs clients. D’ailleurs l’intérêt du nouveau poste de Community Manager trace une courbe croissante (à partir de 2005 jusqu’à aujourd’hui) sur Google trends comme le montre ce graphique :

courbe-cm

Ceci dit que le gestionnaire de contenu (ou le Manager de communauté) est demandé de plus en plus et on prévoit une explosion du besoin des entreprises pour ce profile d’ici deux ans.

J’énumère ci-dessous, les principales causes d’échecs de l’externalisation de ce poste (True Story) :

–      Un Community Manager externe à l’entreprise peut ne pas avoir une lecture complète des objectifs globaux de celle-ci, mais ça ne pourrait pas être sa faute si cette enseigne ne veut pas communiquer tous ces moindres détails à « un étranger ». En l’occurrence, Un CM Interne pourra avoir accès à presque tout.

–      Des lenteurs au niveau de la réponse aux questions des fans de la marque pourrait générer une insatisfaction ou des mauvais commentaires sur les réseaux sociaux et forums, sachant que ce comportement se déclencherait si la réponse n’est pas fourni moins d’heure. Etant l’ambassadeur de la marque et le vis-à-vis, le CM devrait remonter l’information et attendre qu’on trouve les bonnes réponses pour les communiquer à la communauté : donc ça fait du temps perdu si on n’est pas rattaché directement à l’enseigne.

–       La non-réactivité du Community Manager externe, qui se traduit par des messages parfois inappropriés à la situation de la marque, ou de passer trop de messages vides genre « bonjour followers » et parfois, entre la publication du « bonjour » d’hier et le « bonjour » d’aujourd’hui, il n’y a pas de publications spécifiques aux produits ou services de la marque. D’une part et d’autre, s’il n’y a pas de contenu, c’est l’entreprise qui devrait être responsable de ce manque d’informations. Elle devrait également désigner un point relais chargé d’alimenter le CM externe de contenus et actualités de l’enseigne pour que celui ci rajoute sa touche charme et en faire un awesome message.

–      Qui a dit que la sous-traitance serait moins coûteuse ? il est vrai que si l’on opte pour la sous-traitance, on aurait une meilleure qualité de service vu le savoir faire et l’expertise de l’agence de consulting en réseaux sociaux, mais nous savons tous qu’il faudra mettre de gros paquets soit disant c’est l’agence X de renommée qui s’occupe de notre e-notoriété. Ceci laisse réfléchir si on n’aurait pas choisi d’embaucher directement un Community Manager en interne.

Comme indiqué précédemment, l’évolution rapide et le besoin inéluctable de ce profile laisse savoir que même si l’entreprise a choisi d’externaliser, elle sera obligée de l’incorporer dans son organigramme dans les prochaines années.

Publicités
Par défaut
Events

L’événement Start Up Weekend s’invite à Ain Draham les 21, 22 et 23 Juin !

image-article

On dirait que la fièvre du « Start Up Weekend » n’est pas prête à s’arrêter. Ain Draham, là où les nuages caressent les toits de tuiles rouges des maisons enfoncées dans la verdure, vous donne rendez-vous à la maison de jeune pour accueillir l’événement des grosses têtes, l’événement qui donne des ailes à ceux qui possèdent une idée et un regard optimiste vers un avenir meilleur pour la patrie.

Pour en savoir plus, nous avons réussi à interviewer Mohamed Zouaoui, chef de projet du Start Up Weekend Ain Draham et membre de l’association SUST (Start Up Système Tunisie) qui nous dit un peu plus sur cet événement :

Alors Monsieur Zouaoui, pouvez-vous nous définir le concept Start Up Weekend ?

Et bien, Start Up Weekend fait partie d’un mouvement mondial piloté par StartupWeekend.org basée à Seattle aux Etats Unis qui a commencé ses activités en 2007 et s’est répandu comme une trainée de poudre à travers le monde entier grâce à l’action de ses bénévoles et de sa méthode unique d’animation.

Et comme son nom l’indique, Start Up Weekend, je dirais que c’est un événement de 54h non-stop pour créer une Start Up à partir d’une idée.

Et de façon générale, comment ça doit se passer ?

Les StartUpeurs partent de cette idée qu’ils devront transformer en projet de société. A chacun d’apporter ses compétences et sa passion afin de remplir ce challenge.  Développeurs, entrepreneurs, gourous du marketing, graphistes, artistes et toute personne ayant l’ambition et la volonté de travailler en groupe. Au final, Un jury qualifié évalue tous les projets à la fin du week-end et désignera le meilleur projet.  Les 3 premières équipes  auront des récompenses surprises !

Et comment peut-on s’inscrire à cet événement ?

Et bien c’est très simple, une fois que vous avez terminé vos examens, si vous êtes étudiants, ou si votre calendrier n’est pas chargé pour un week-end entre le 21, 22 et 23 juin prochain, vous pouvez allez directement sur le site web aindraham.startupweekend.org pour enregistrer votre présence à la maison des jeunes, ou contacter les numéros suivants  22367952 – 21536282 – 55448051

Comme vous pouvez posez toutes vos questions sur notre page facebook ou celle de twitter et notre équipe ne manquerait pas de vous répondre.

Une dernière question Monsieur Zouaoui ? Pourquoi avoir choisi Ain Draham pour accueillir l’évènement ?

Vous savez, c’est un évènement qui s’est déroulé dans plusieurs villes en Tunisie comme Tozeur, Sidi Bouzid, Tunis, Kerkenah. Nous avons pensé à donner l’opportunité aux jeunes de  la région du Nord Ouest. D’ailleurs, après Ain Draham, nous poserons nos valises à Sousse en mois de Juillet pour faire participer tous les citoyens qui croient en leur potentiel et qui veulent construire une nouvelle Tunisie comme nous l’imaginons.

Et n’oubliez pas que chaque histoire de succès commence par une idée !

Par défaut
SocialMedia

Que devient notre compte Facebook après notre décès ?

dying-online

La communauté AllFacebook.com a publié un petit rapport en illustration sur un sujet particulièrement intéressant et qu’il serait peut-être utile de le partager avec nos honorables lecteurs. Facebook a déjà intégré cette fonction depuis longtemps mais très peu d’utilisateurs la connaissent. Il s’agit de la demande déclaration de décès d’un facebooker. Qu’en est-il de son compte après sa mort ? Et comment faire savoir que cet utilisateur n’est plus ?

Le social network a estimé que près de 200000 de ses membres trépassent chaque année. On enregistre journalièrement 700000 nouvelles inscriptions contre seulement 548 déclarations de décès. En d’autres termes, et d’après les statistiques, Facebook détient la moitié du nombre total de décès dans le monde.

Après plusieurs mois de déconnexion totale du Facebook et de la vraie vie, le compte du défunt continue d’exister, mais pour signaler sa mort, il faudra remplir un formulaire intitulé « Demande de commémoration » et renseigner des champs obligatoires comme par exemple le nom complet du défunt, le lien d’amitié (famille proche, famille étendue, ami, collègue…) ou faire carrément une demande de suppression définitive du compte. Dans le premier cas, une publication automatisée de la personne décédée surgira occasionnellement dans le fil d’actualités de ses amis pour s’en rappeler et lui laisser un petit message de condoléance, et selon les paramètres de confidentialité du défunt, Ils pourront partager des photos de leurs souvenirs sur le journal de commémoration et seront visibles uniquement qu’avec les personnes qui les avaient partagés.

Autres principales caractéristiques d’un compte de commémoration, c’est que personne ne pourra se connecter dessus, et aucune demande d’ajout d’ami  ne sera acceptée, par ailleurs, tout le monde peut envoyer des messages privés au défunt.

Je me demande s’il faudrait peut-être prévoir d’écrire ses dernières volontés numériques chez un notaire et sur lesquelles il y’aurait tous les logins et mots de passes de mes comptes sur les réseaux sociaux ?

Par défaut