SocialMedia

Le monde arabe et les médias sociaux : Quelques Chiffres Clés !

number-and-pourcentage-of-f

Il est quasiment inévitable de parler du printemps arabe sans pour autant évoquer les médias alternatifs. Ne faisant plus trop confiance aux médias classiques (car elles sont généralement proches du pouvoir corrompu), les populations orientales ont tendance à changer de comportements. Ces nouvelles sources d’informations deviennent un véritable centre d’intérêt pour ces consommateurs mais également pour les chercheurs, marketeurs et adeptes de statistiques, obligés d’élaborer des études comportementales pour pouvoir analyser et comprendre ces nouvelles tendances. Comme on ne pourrait pas passer inaperçu face au bouleversement dans le monde arabe, voici quelques donnes utiles réalisées par la “Dubai School of Government” entre juin 2010 et juin 2012 :

Facebook et le monde arabe :

  • Le nombre des utilisateurs Facebook dans le monde arabe a approximativement triplé en 2 ans, passant de 16 millions  d’utilisateurs actifs en juin 2010 à 45 millions fin juin 2012 (et les derniers rapports affichent que le nombre a déjà atteint 49 millions d’utilisateurs en mars 2013)

Nombre-et-pourcentage-des-u

  • La présence de la femme orientale constitue uniquement 34% du nombre total des utilisateurs dans la région. Ce chiffre est relativement réduit par rapport à la tendance globale où la femme constitue 50% des utilisateurs actifs dans le monde.
  • Pas étonnant que 70% des facebookers dans la région arabe soient des jeunes âgés entre 15 et 29 ans et que le pays des pharaons représente le ¼ du nombre total des utilisateurs arabes.
  • D’après l’étude de la DSG, la langue arabe est la langue la plus utilisée, suivie de l’anglais et le français.

Twitter et le monde arabe :

2,099,706 est le nombre total des comptes twitter actifs estimé dans la région arabe en fin juin 2012 enregistrant un total de 5,750,386 tweets par jour. Sans transition, voici le “top five” des pays avec le plus grand nombre d’utilisateurs sur twitter :

1- L’arabie Saoudite (avec 830,291 utilisateurs)

2- Le Kuwait (avec 370,987)

3- l’Egypte (296,219)

4- Les Emirats Unis (263,070)

5- le Liban (77,722)

Non, la Tunisie n’est pas présente au top 5 (ou cas ou vous vous posiez la question), sa révolution en janvier 2011 a pris de l’envergure sur le géant Facebook, contrairement aux égyptiens qui avaient mené leur attaque sur Twitter pour renverser le régime Moubarak.

Ci dessous, les hashtags les plus utilisés dans la région arabe en Février et Mars 2012  :

top-hashtags-in-arab-world

A cette période, il est clair qu’on parlait trop des affrontements entre Le gouvernement Sunnite du Bahrain et la minorité Chiite (2ème et 3ème mots clés sont respectivement Syrie et Bahrain twittés en arabe).

Linkedin et le monde arabe :

Par contre la présence sur le réseau professionnel n’est pas au Rendez-vous, la DSG montre que seulement 4,294,484 des arabes ont un compte sur Linkedin (ce chiffre représente le 1/10 du nombre total des utilisateurs qui possèdent un compte Facebok). La catégorie intéressée par ce réseau est la plupart celle entre 18 et 34, en d’autres termes, les étudiants et nouveaux diplômés en recherche d’emploi.

Revue rapide de Youtube :

  • La plateforme Youtube représente le point de repture entre les médias classiques et le commencement d’une nouvelle génération qui fait la découverte de ce qu’on appelle le journalisme citoyen, un moyen de s’acquérir une information fiable nécessitant le déplacement sur terrain pour filmer la réalité avec n’importe quel moyen.
  • Les dernières rapports révèlent que 167 millions de vidéos sont vues par jour dans le monde arabe ce qui place la région dans la deuxième position après les Etats Unis et devant le Brézil dans la consultation quotidienne des vidéos sur Youtube.
  • L’Arabie Saoudite détient encore la première position dans la catégorie de lecture des vidéos, suivi de l’Egypte, le Maroc et les Emirats Arabes Unis.

Et si vous souhaitez avoir plus d’infos et de graphiques, vous pouvez consulter le rapport détaillé (en anglais) de la “Dubai School of Government” en cliquant sur ce lien (lien vers le fichier pdf)

Par défaut
SocialMedia

Externaliser ou pas externaliser un Community Manager ? That’s the Question

cm

C’est La Question que se posent certains responsables d’agences digitales lors de leurs réunions de fin de semaine pour trouver La Solution idéale pour la gestion de l’e-réputation de leurs boites ou de leurs clients. D’ailleurs l’intérêt du nouveau poste de Community Manager trace une courbe croissante (à partir de 2005 jusqu’à aujourd’hui) sur Google trends comme le montre ce graphique :

courbe-cm

Ceci dit que le gestionnaire de contenu (ou le Manager de communauté) est demandé de plus en plus et on prévoit une explosion du besoin des entreprises pour ce profile d’ici deux ans.

J’énumère ci-dessous, les principales causes d’échecs de l’externalisation de ce poste (True Story) :

–      Un Community Manager externe à l’entreprise peut ne pas avoir une lecture complète des objectifs globaux de celle-ci, mais ça ne pourrait pas être sa faute si cette enseigne ne veut pas communiquer tous ces moindres détails à « un étranger ». En l’occurrence, Un CM Interne pourra avoir accès à presque tout.

–      Des lenteurs au niveau de la réponse aux questions des fans de la marque pourrait générer une insatisfaction ou des mauvais commentaires sur les réseaux sociaux et forums, sachant que ce comportement se déclencherait si la réponse n’est pas fourni moins d’heure. Etant l’ambassadeur de la marque et le vis-à-vis, le CM devrait remonter l’information et attendre qu’on trouve les bonnes réponses pour les communiquer à la communauté : donc ça fait du temps perdu si on n’est pas rattaché directement à l’enseigne.

–       La non-réactivité du Community Manager externe, qui se traduit par des messages parfois inappropriés à la situation de la marque, ou de passer trop de messages vides genre « bonjour followers » et parfois, entre la publication du « bonjour » d’hier et le « bonjour » d’aujourd’hui, il n’y a pas de publications spécifiques aux produits ou services de la marque. D’une part et d’autre, s’il n’y a pas de contenu, c’est l’entreprise qui devrait être responsable de ce manque d’informations. Elle devrait également désigner un point relais chargé d’alimenter le CM externe de contenus et actualités de l’enseigne pour que celui ci rajoute sa touche charme et en faire un awesome message.

–      Qui a dit que la sous-traitance serait moins coûteuse ? il est vrai que si l’on opte pour la sous-traitance, on aurait une meilleure qualité de service vu le savoir faire et l’expertise de l’agence de consulting en réseaux sociaux, mais nous savons tous qu’il faudra mettre de gros paquets soit disant c’est l’agence X de renommée qui s’occupe de notre e-notoriété. Ceci laisse réfléchir si on n’aurait pas choisi d’embaucher directement un Community Manager en interne.

Comme indiqué précédemment, l’évolution rapide et le besoin inéluctable de ce profile laisse savoir que même si l’entreprise a choisi d’externaliser, elle sera obligée de l’incorporer dans son organigramme dans les prochaines années.

Par défaut
Events

L’événement Start Up Weekend s’invite à Ain Draham les 21, 22 et 23 Juin !

image-article

On dirait que la fièvre du « Start Up Weekend » n’est pas prête à s’arrêter. Ain Draham, là où les nuages caressent les toits de tuiles rouges des maisons enfoncées dans la verdure, vous donne rendez-vous à la maison de jeune pour accueillir l’événement des grosses têtes, l’événement qui donne des ailes à ceux qui possèdent une idée et un regard optimiste vers un avenir meilleur pour la patrie.

Pour en savoir plus, nous avons réussi à interviewer Mohamed Zouaoui, chef de projet du Start Up Weekend Ain Draham et membre de l’association SUST (Start Up Système Tunisie) qui nous dit un peu plus sur cet événement :

Alors Monsieur Zouaoui, pouvez-vous nous définir le concept Start Up Weekend ?

Et bien, Start Up Weekend fait partie d’un mouvement mondial piloté par StartupWeekend.org basée à Seattle aux Etats Unis qui a commencé ses activités en 2007 et s’est répandu comme une trainée de poudre à travers le monde entier grâce à l’action de ses bénévoles et de sa méthode unique d’animation.

Et comme son nom l’indique, Start Up Weekend, je dirais que c’est un événement de 54h non-stop pour créer une Start Up à partir d’une idée.

Et de façon générale, comment ça doit se passer ?

Les StartUpeurs partent de cette idée qu’ils devront transformer en projet de société. A chacun d’apporter ses compétences et sa passion afin de remplir ce challenge.  Développeurs, entrepreneurs, gourous du marketing, graphistes, artistes et toute personne ayant l’ambition et la volonté de travailler en groupe. Au final, Un jury qualifié évalue tous les projets à la fin du week-end et désignera le meilleur projet.  Les 3 premières équipes  auront des récompenses surprises !

Et comment peut-on s’inscrire à cet événement ?

Et bien c’est très simple, une fois que vous avez terminé vos examens, si vous êtes étudiants, ou si votre calendrier n’est pas chargé pour un week-end entre le 21, 22 et 23 juin prochain, vous pouvez allez directement sur le site web aindraham.startupweekend.org pour enregistrer votre présence à la maison des jeunes, ou contacter les numéros suivants  22367952 – 21536282 – 55448051

Comme vous pouvez posez toutes vos questions sur notre page facebook ou celle de twitter et notre équipe ne manquerait pas de vous répondre.

Une dernière question Monsieur Zouaoui ? Pourquoi avoir choisi Ain Draham pour accueillir l’évènement ?

Vous savez, c’est un évènement qui s’est déroulé dans plusieurs villes en Tunisie comme Tozeur, Sidi Bouzid, Tunis, Kerkenah. Nous avons pensé à donner l’opportunité aux jeunes de  la région du Nord Ouest. D’ailleurs, après Ain Draham, nous poserons nos valises à Sousse en mois de Juillet pour faire participer tous les citoyens qui croient en leur potentiel et qui veulent construire une nouvelle Tunisie comme nous l’imaginons.

Et n’oubliez pas que chaque histoire de succès commence par une idée !

Par défaut
SocialMedia

Que devient notre compte Facebook après notre décès ?

dying-online

La communauté AllFacebook.com a publié un petit rapport en illustration sur un sujet particulièrement intéressant et qu’il serait peut-être utile de le partager avec nos honorables lecteurs. Facebook a déjà intégré cette fonction depuis longtemps mais très peu d’utilisateurs la connaissent. Il s’agit de la demande déclaration de décès d’un facebooker. Qu’en est-il de son compte après sa mort ? Et comment faire savoir que cet utilisateur n’est plus ?

Le social network a estimé que près de 200000 de ses membres trépassent chaque année. On enregistre journalièrement 700000 nouvelles inscriptions contre seulement 548 déclarations de décès. En d’autres termes, et d’après les statistiques, Facebook détient la moitié du nombre total de décès dans le monde.

Après plusieurs mois de déconnexion totale du Facebook et de la vraie vie, le compte du défunt continue d’exister, mais pour signaler sa mort, il faudra remplir un formulaire intitulé « Demande de commémoration » et renseigner des champs obligatoires comme par exemple le nom complet du défunt, le lien d’amitié (famille proche, famille étendue, ami, collègue…) ou faire carrément une demande de suppression définitive du compte. Dans le premier cas, une publication automatisée de la personne décédée surgira occasionnellement dans le fil d’actualités de ses amis pour s’en rappeler et lui laisser un petit message de condoléance, et selon les paramètres de confidentialité du défunt, Ils pourront partager des photos de leurs souvenirs sur le journal de commémoration et seront visibles uniquement qu’avec les personnes qui les avaient partagés.

Autres principales caractéristiques d’un compte de commémoration, c’est que personne ne pourra se connecter dessus, et aucune demande d’ajout d’ami  ne sera acceptée, par ailleurs, tout le monde peut envoyer des messages privés au défunt.

Je me demande s’il faudrait peut-être prévoir d’écrire ses dernières volontés numériques chez un notaire et sur lesquelles il y’aurait tous les logins et mots de passes de mes comptes sur les réseaux sociaux ?

Par défaut
SocialMedia

Les 5 outils de veille du Community Manager

outils veille du community manager

Une règle simple et claire : Celui qui détient l’information, détient le pouvoir ! Il est indispensable pour un Community Manager de faire sa veille sur Internet pour pouvoir prendre les bonnes  décisions. Cependant, la collecte d’information peut s’avérer une action chronophage qui pourra inonder le calendrier hebdomadaire du CM et faire chambouler sa liste TO DO.

Dans cet article, j’ai sélectionné pour vous une liste d’outils de veille, un Must Have ! Une occasion de faire découvrir à ceux qui ne le savent pas comment peut-on faire travailler Internet en sa faveur.

Netvibes : L’un des meilleurs tableaux de bord qui regroupe les flux RSS de vos sites favoris, Blogs et autres sources que vous désirez suivre en temps réel. A noter que la version analytics est payante.

Alerti : un système basé sur un moteur de recherche qui scanne en continu tous types de sources (presse en ligne, blogs, forums, microblogs, réseaux sociaux, vidéos, photos…) et comme son nom l’indique, il vous envoie des petites alertes par email dès qu’il y a du nouveau.

Mention : un système d’alerte qui permet de suivre en temps réel tout ce qui ce dit, son coté design est très développé, et inclut en supplément une utilisation multiple pour les pros pour suivre leur e-branding.

Infomous : le coup de cœur ! Un outil qui permet également de créer des nuages de tags sur différentes thématiques que vous voulez suivre.

En rajoutant TweetDeck à cette panoplie, vous aurez besoin qu’un peu de temps au début pour organiser les flux RSS par thématique, langues, sources … etc, et bien sélectionner les mots-clés qui vous intéressent. En combinant 3, 4 ou même les 5 outils (pour ceux qui ne veulent rien rater) vous aurez une maîtrise totale et un œil vigilant sur ce qui se passe autour de vous. Faites attention à « l’infobésité », si vous vous sentez noyés d’informations, ne soyez pas trop gourmands, ne les utilisez pas tous, choisissez qu’un seul (personnellement, je recommanderais Netvibes).

Par défaut
Events

Alger accueille la « SEMAINE DU WEB » du 11 au 18 Mai 2013

11111

Un Event comme celui-ci ne pourra pas passer inaperçu ! La capitale Alger accueillera dans quelques semaines le plus grand évènement web en Afrique et au Moyen-Orient. Cette deuxième édition, qui se déroulera entre le 11 et 18 Mai à l’hôtel Hilton, sera une combinaison de manifestations simultanées qui tourneront autour de la thématique « Création d’emplois, StartUp et nouvelles technologies ».

Les mordus des TIC et acharnés du Web se sentiront chez eux et auront même droit à des formations en référencement, e-réputation, sécurité Internet et moult autres choses …

Notez bien que le Start-UP Weekend Maghreb campera également sur place. Son concept ? C’est de réunir plusieurs personnes, les diviser en équipes concurrentes qui devront monter leurs propres petites entreprises en 54 heures, leurs idées seront exposés par la suite devant un jury très exigeant pour en choisir le ou les meilleurs projets qui seront être financés.

Ce n’est pas fini encore, au programme : Un Barcamp (débat ouvert) pour répondre à la question « comment développer l’écosystème de l’innovation numérique ?», en supplément, des workshops dans le développement, le design et le coaching et la cerise sur le gâteau, des séances de Speed Recruiting, une occasion où les chercheurs d’emplois auront quelques minutes pour séduire des chefs d’entreprises et décrocher un Job.

Plusieurs pays, nous dit-on, sont invités à Alger comme la Tunisie, le Maroc, le Sénégal, la côte d’Ivoire … etc. L’équipe organisatrice est constituée également de plusieurs nationalités différentes et compte plus de 100 membres pour pourvoir bien accueillir les fans du Web.

Faites vos valises, direction L’Algérie ! Le pays où l’on vit le plus longtemps !

Cette édition est Co-organisée par UNI (l’Union Nationale des Investisseurs) et AIDA (Algerian International Diaspora Association).

Pour plus d’infos consulter le site web : www.semaineduweb.com ou les réseaux sociaux Facebook et Twitter.

Par défaut
SocialMedia

Les ados quittent Facebook !

boring-facebook

Apparemment les ados ne sont pas trop contents d’avoir remarqué que leurs parents avaient également rejoint Facebook. Une étude faite récemment par l’agence américaine Right Mix Marketing sur le comportement des ados, qui dit que ces derniers sont entrain d’abandonner le géant des réseaux sociaux pour multiples  raisons. Voici quelques données intéressantes :

La compagnie Facebook a enregistré un déclin de 7,37% des utilisateurs actifs en six mois (entre octobre 2012 et mars 2013), l’explication se trouvait naturellement chez les ados qui avaient donné des avis pas trop rassurants pour la marque Zuckerberg : « Mes parents sont sur Facebook maintenant !! », « c’est devenu ennuyeux … », « y’a trop de publicité sur Facebook », « je suis régulièrement harcelé par les invitations de jeux de mes amis ! », « y’a trop de drames !! » …

La GAP GENERATION n’est pas prête à s’arrêter entre parents et ados, d’après les sondages, 50% des parents rejoignent Facebook pour essayer de communiquer avec leurs enfants, et 74% le font pour les surveiller et vérifier leurs profils perso quasiment tous les jours.

Une anecdote : 30% des adolescents voudraient ne plus être amis avec leurs parents sur Facebook et estiment ne pas être à l’aise en surfant sur ce réseau.

Facebook devient de plus en plus vieux !

En 2010, la moyenne d’âge des facebookers aux Etats Unis étaient à 38 ans, actuellement elle est à 41 ans. Encore plus, les utilisateurs de plus 35 ans ont progressé de 4% dans la même période.

Et les mamans également s’y mettent ! 72% sont actuellement sur Facebook après avoir été à 50% en 2010.

Alors vers où migrent les ados ?

Il se trouve que les teens (qui veut dire ados) sont plus massivement concentrés sur Tumblr à raison de 61%, et malgré tout Facebook détient la seconde position avec 55%, suivi de Twitter (22%), Instagram (21%) et de Snapchat (13%).

Source : infographie rightmixmarketing.com

Par défaut