SocialMedia

Externaliser ou pas externaliser un Community Manager ? That’s the Question

cm

C’est La Question que se posent certains responsables d’agences digitales lors de leurs réunions de fin de semaine pour trouver La Solution idéale pour la gestion de l’e-réputation de leurs boites ou de leurs clients. D’ailleurs l’intérêt du nouveau poste de Community Manager trace une courbe croissante (à partir de 2005 jusqu’à aujourd’hui) sur Google trends comme le montre ce graphique :

courbe-cm

Ceci dit que le gestionnaire de contenu (ou le Manager de communauté) est demandé de plus en plus et on prévoit une explosion du besoin des entreprises pour ce profile d’ici deux ans.

J’énumère ci-dessous, les principales causes d’échecs de l’externalisation de ce poste (True Story) :

–      Un Community Manager externe à l’entreprise peut ne pas avoir une lecture complète des objectifs globaux de celle-ci, mais ça ne pourrait pas être sa faute si cette enseigne ne veut pas communiquer tous ces moindres détails à « un étranger ». En l’occurrence, Un CM Interne pourra avoir accès à presque tout.

–      Des lenteurs au niveau de la réponse aux questions des fans de la marque pourrait générer une insatisfaction ou des mauvais commentaires sur les réseaux sociaux et forums, sachant que ce comportement se déclencherait si la réponse n’est pas fourni moins d’heure. Etant l’ambassadeur de la marque et le vis-à-vis, le CM devrait remonter l’information et attendre qu’on trouve les bonnes réponses pour les communiquer à la communauté : donc ça fait du temps perdu si on n’est pas rattaché directement à l’enseigne.

–       La non-réactivité du Community Manager externe, qui se traduit par des messages parfois inappropriés à la situation de la marque, ou de passer trop de messages vides genre « bonjour followers » et parfois, entre la publication du « bonjour » d’hier et le « bonjour » d’aujourd’hui, il n’y a pas de publications spécifiques aux produits ou services de la marque. D’une part et d’autre, s’il n’y a pas de contenu, c’est l’entreprise qui devrait être responsable de ce manque d’informations. Elle devrait également désigner un point relais chargé d’alimenter le CM externe de contenus et actualités de l’enseigne pour que celui ci rajoute sa touche charme et en faire un awesome message.

–      Qui a dit que la sous-traitance serait moins coûteuse ? il est vrai que si l’on opte pour la sous-traitance, on aurait une meilleure qualité de service vu le savoir faire et l’expertise de l’agence de consulting en réseaux sociaux, mais nous savons tous qu’il faudra mettre de gros paquets soit disant c’est l’agence X de renommée qui s’occupe de notre e-notoriété. Ceci laisse réfléchir si on n’aurait pas choisi d’embaucher directement un Community Manager en interne.

Comme indiqué précédemment, l’évolution rapide et le besoin inéluctable de ce profile laisse savoir que même si l’entreprise a choisi d’externaliser, elle sera obligée de l’incorporer dans son organigramme dans les prochaines années.

Par défaut
SocialMedia

Zoom sur le network professionnel Linkedin

linkedin

Le site powerformula.net a réalisé une étude relative à l’année dernière sur le réseau social professionnel numéro 1 après avoir atteint à peine les 150 millions d’utilisateurs. Voici, pour les collectionneurs de chiffres, quelques statistiques à mémoriser :

Plus 90% des utilisateurs de Linkedin se contentent de la version « gratos ». Rien que 50,5% des profils ont complété 100% des informations demandées contre 48,1% de ceux qui n’y portent pas un grand intérêt. D’après les chiffres révélés, les utilisateurs Linkedin accordent une importance à leur adhésion aux groupes, et à bâtir des relations avec des personnes qui pourront leur servir.

Quant aux Linkedin « Addicts », il y’en a pas trop (en comparant avec le facebook addicts), seulement 10,5% des utilisateurs passent plus de 8 heures par semaine.

Enfin 76,9% des Linkediens (si on peut dire ça) avouent que le géant du Network professionnel les a aidés à trouver les personnes et les entreprises qu’ils recherchaient et établir les opportunités de collaboration et business entre eux. Alors chers lecteurs, si vous n’avez pas de compte Linkedin, pensez-y, ça pourra vous servir.

l’image jointe à l’article est la propriété de powerformula.net

 

Par défaut
Events

Le Social Business, c’est quoi ?

image-social-business

Une des fructueuses rencontres s’est tenue hier à l’Institut des Hautes Etudes Commerciales (IHEC) de Carthage, non pas pour parler politique, mais c’était plutôt business, et pas n’importe lequel, c’était une conférence « Social Business ».

Alors le Social Business c’est quoi ? brièvement, c’est un modèle qui a été développé par le Lauréat du Prix Nobel de la Paix, le Professeur Muhammad Yunus, qui vise à améliorer le bien-être social des populations les plus pauvres à participer aux activités économiques socialement rationnelles et respectueuses de l’environnement, à réduire la pauvreté et créer plus d’emplois.

Saskia Bruysten, CEO et co-fondatrice de Yunus Social Business, a souligné que cette expérience avait pris un énorme succès en Inde, Haïti et Bengladesh, donc pourquoi pas les pays d’Afrique.

Des jeunes entrepreneurs tunisiens étaient également au rendez-vous pour présenter leurs projets et attirer les regards des investisseurs locaux et étrangers qui étaient présents dans l’ancienne Chapelle de la faculté.

Par défaut
Events

Tunisie : Calendrier des Events pour le mois de Mars 2013

mars-2013

Voici en exclusivité le programme des évènements  pour le mois de mars 2013 en Tunisie :

– 13 mars : Conférence nationale sur le Social Business, un projet pilote pour la création d’emplois administrée par une étroite collaboration entre la Banque Africaine de Développement BAD et  Yunus Social Business YSB qui aura lieu à l’Institut des Hautes Etudes Commerciales IHEC de Carthage.

– Du 13 au 16 mars : une rencontre plutôt Business to Business qui permettra d’exposer les dernières innovations et modèles de matériels destinés aux grands hôtels  restaurants, salons de thé et chefs cuisiniers …

– Du 15 au 24 mars : Le Salon national de l’artisanat sera présent comme d’habitude à cette période printanière au Parc des Expositions du Kram.

– Du 15 au 25 mars : Le centre d’expositions Jardins d’El Menzah abritera le Festival de la femme (foire commercial) « Sayidaty ».

– Du 22 au 24 mars : préparer vos valises pour allez au sud saharien et profiter du beau temps à Tozeur pour participer au Start Up Week-End si vous avez déjà louper celui de Tunis qui a été organisé récemment par des jeunes de la faculté privée Esprit. (pour réserver une place vous allez au site tozeur.startupweekend.org)

– Et puis du 26 au 30 mars : ne manquez pas le grand rendez-vous au Campus Universitaire Al-Manar à Tunis pour assister au Forum Social Mondial.

Enjoy !

Par défaut
SocialMedia

Zoom sur Le métier de Community Manager aux USA

cm-stats

Le blog socialfresh.com a réalisé récemment  une étude sur un nouveau métier en expansion. Un profil qui attire de plus en plus les grandes entreprises qui veulent se faire connaître sur le web et plus particulièrement sur les différents réseaux sociaux, le Community Manager (abréviation #CM pour les habitués). Le nouveau social business a déjà pris de l’avance aux Etats Unis, voici quelques interprétations de l’image accompagnant cet article sur les CM américains :

–      79% des Community Managers sont rattachés à leurs propres entreprises contre 21% qui bossent pour des agences de web marketing spécialisées dans l’e-Réputation.

–      La tache du #CM est confiée aux femmes plus que les hommes

–      New York City est la ville la plus peuplée par les Community Managers aux USA.

–      Le géant Facebook est la plateforme la mieux appréciée pour leurs travaux followé par l’oiseau bleue qui vient en deuxième position

–      64% des #CM travaillent plus que 40 heures par semaine (et 24% qui travaillent plus que 40 heures parmi ces 64%)

–      In fine, le salaire moyen d’un #CM est estimé 57732,77 $ par an.

Un bref aperçu d’un métier qui fera certainement le buzz dans ces quelques années à venir dans le reste du monde. Alors nos conseils pour ceux qui veulent en faire un métier d’avenir : bossez l’anglais, montez un blog et faites attention à ce que vous tweetez et partagez car ça peut nuire à votre réputation.

Par défaut